3 engagements pour faire des pactes de responsabilité et de solidarité un pilier de la transition écologique

23/04/2014 - CP
Manuel Valls

Manuel Valls présente ce matin en conseil des ministres ses derniers arbitrages sur le plan d’économies de 50 milliards. Le gouvernement justifie ce plan par la nécessité de financer les pactes de responsabilité et de solidarité et de respecter les engagements de réduction du déficit. La Fondation Nicolas Hulot présentera prochainement un scénario alternatif pour un pacte de responsabilité et de solidarité écologique. Elle appelle le gouvernement à s’engager sur 3 principes clés.

 

 

TROIS MESURES POUR UN PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE ECOLOGIQUE :

Pour un pacte de responsabilité écologique

Le Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi (CICE) doit être financé en 2016 à hauteur de 3 milliards par la contribution climat énergie (CCE) instaurée par le PLF 2014. C’est le timide début d’un basculement des régulations, dont de nombreuses instances économiques ont déjà souligné et chiffré les vertus tant pour l’économie et l’emploi que pour l’écologie.
Le gouvernement doit poursuivre dans cette logique de réforme structurelle et ne pas céder à la tentation de coups de rabot conjoncturels. Une montée en charge de la contribution climat énergie, cohérente avec le facteur 4, et une suppression progressive des 7 milliards de subventions à la pollution permettraient de financer à la fois 6 des 30 milliards nécessaires pour l’emploi, mais aussi en partie un nécessaire pacte de solidarité écologique.

Pour un pacte de solidarité écologique

L’inscription de la lutte contre la précarité énergétique doit être au cœur de la politique de solidarité et de défense du pouvoir d’achat. Un pacte de solidarité écologique, c’est un pacte de plusieurs milliards qui instaure un bouclier énergétique et des primes à la conversion pour aider les ménages modestes et moyens à sortir progressivement du fioul et du diesel.

Pour un plan d’économies qui respecte la transition écologique

La sanctuarisation des budgets dédiés aux politiques publiques de transition écologique doit être la règle quand il s’agit de couper dans les dépenses publiques. Le développement de financements innovants et la tenue d’une conférence bancaire et financière sur ce sujet doivent rester une priorité.

Le gouvernement sera-t-il en mesure de faire de ce pacte un pilier de la transition écologique ?

Credit photo

Parti socialiste

Certains droits réservés (licence Creative Commons)

 

© - Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme