Démocratie participative : guide des outils pour agir

L’humanité se trouve à un moment clé de son histoire : celui de la transition, de la bifurcation vers une société qui, loin de se focaliser principalement sur l’opulence matérielle, tendrait à la recherche de l’épanouissement humain en respectant les limites de la biosphère. Réchauffement climatique, désertification, épuisement accéléré des stocks de ressources naturelles, le diagnostic de l’impasse de notre modèle de société est désormais bien établi. 

Cependant, au sein de nos sociétés, de nombreux citoyens souhaitent prendre leur destin en main et la démocratie participative est un des moyens idéaux pour cela. C’est pourquoi la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme (FNH) s'est penchée sur la question de la refonte de notre système démocratique.

Considérant que l’on peut faire face aux multiples enjeux de la transition écologique en renforçant la démocratie plutôt qu’en s’orientant vers un gouvernement autoritaire, revisiter nos institutions sur la base d’un constat double est aujourd’hui incontournable. Ce constat est le suivant : d’une part la crise écologique menace la démocratie comme régime politique car pointe l’idée d’un gouvernement autoritaire excluant les citoyens des prises de décision, d’autre part la réponse à la crise démocratique répétée que traversent nos sociétés ne peut pas être pensée sans une réelle prise en compte des enjeux écologiques. Ce constat procède en partie de la difficulté pour notre système institutionnel d’anticiper et de prévenir des dégradations futures et irréversibles. 

Le rôle de la démocratie participative dans la transition écologique

Afin de répondre à cette problématique la Fondation Nicolas Hulot a construit de premières propositions pour une réforme de nos institutions permettant la prise en compte des enjeux de long terme dans le livre « Pour une 6e République écologique ». La présente étude s’inscrit dans le prolongement de ces travaux en approfondissant la question de la participation du public et des outils de la démocratie participative.  

L’objectif de ce document est de s'interroger sur le rôle de la démocratie participative dans la transition écologique à travers un état des lieux des outils participatifs existants. Après une introduction sur les enjeux généraux ainsi que le lien entre démocratie écologique et démocratie participative, ces outils sont présentés sous forme de fiches descriptives. Forum ouvert, world café, sondage collaboratif, initiative citoyenne européenne… Autant d’outils et d’expériences dont la démultiplication sera la clé pour ouvrir les chemins de la transition. Le panorama dressé ici, s’il ne peut prétendre à l’exhaustivité, montre que des solutions existent et qu’il nous appartient de les mettre en oeuvre.

Le World Café, l'un des outils présentés dans la publication

Importé des Etats-Unis, le world café est une méthodologie de dialogue entre acteurs permettant, en intelligence collective, de faire émerger des propositions concrètes et partagées par tous.  

Pour qu’un dialogue constructif prenne place, cette méthode est basée sur la reproduction de l’ambiance autour d’une machine à café où les participants viennent et débattent sur des thématiques précises. Le World café s’appuie sur le principe selon lequel tout le monde a sa place et toutes les personnes présentes sont nécessaires. Pour cela, des rôles sont proposés aux participants : hôtes de table et ambassadeurs d’idées.

Le principe est de créer un climat de confiance et de convivialité pour permettre les échanges entre participants. L’espace est organisé en tables autour desquelles un petit nombre de participants (4 à 5 personnes) est invité à discuter, débattre et faire émerger des propositions. Plusieurs sessions d’environ 15 minutes sont organisées afin de permettre aux participants :

  •  de changer régulièrement de table 

  •  d’échanger les idées d’une table à une autre 

  •  de venir compléter les idées des uns avec celles des autres (principe de pollinisation visant à l’intelligence collective). 

Au travers des différents avis, les idées vont « mûrir » et gagner en potentiel, chaque changement de table permet la « pollinisation » des idées et pousse la conversation plus loin pour aboutir à des solutions souvent innovantes.

 

 
 
 Téléchargez l'étude ou lisez-la en ligne ci-dessous
 

© - Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme