« Démocratie participative : guide des outils pour agir » : zoom sur le sondage délibératif

22/08/2013 - Proposition - Charline Labuset
sondage collaboratif

 

Une méthodologie pour allier sondage et formation

Le sondage délibératif a été mis en place au début des années 90 par deux chercheurs américains en sciences politiques : James Fishkin et Robert Luskin.

L’objectif de cette méthodologie est double : à la fois permettre aux citoyens de réfléchir ensemble sur une problématique mais aussi rendre compte d’un « avant-après » des connaissances et opinions via la mise en place de deux sondages. Le but de la méthode, en plus de donner l’opportunité aux citoyens de faire entendre leur voix, est d’analyser le changement d’opinions avant et après la phase de formation.

 

En pratique : le sondage collaboratif 

Adaptant la technique du sondage délibératif au web, la Fondation Nicolas Hulot a lancé en avril 2009 un sondage collaboratif sur Internet sur le thème de la Contribution Climat-Énergie.

L’objectif : recueillir l’opinion des Français sur l’éventuelle mise en œuvre de cette Contribution Climat-Énergie portée par la Fondation depuis le Pacte écologique. Le sondage a été réalisé du 2 avril au 8 juin 2009 auprès de 12 750 personnes.

Lors d’une première phase, les participants étaient invités à répondre à un questionnaire en ligne comprenant 15 questions sur leurs habitudes au quotidien relatives à l’énergie (douches ou bains, tri des déchets...), sur ce qu’ils pensent de l’écologie, du changement climatique et de la Contribution Climat-Énergie.

Une phase de formation a ensuite été mise en place via la diffusion auprès des participants de 3 vidéos pédagogiques d’environ 5 minutes sur le changement climatique, le lien entre climat et énergie et la Contribution Climat-Energie.

Enfin lors d’une dernière phase, les participants ont été soumis à une nouvelle consultation de 20 questions consistant à les interroger sur des questions pour la plupart équivalentes à celles de la première série.

Concernant les changements d’opinions liés aux vidéos visionnées, les résultats sont les suivants : 

                                                                                                            

  • Sur la base des 12 750 participants, 52% des sondés estimaient être assez ou très informés sur le mécanisme de l’effet de serre contribuant au réchauffement et au changement climatique avant la projection des vidéos explicatives. Après information, le pourcentage s’élevait à 94% soit une augmentation de 43 points ! 
  • 61% des sondés estimait être bien informés sur le lien entre consommation d’énergie et réchauffement climatique global avant visionnage des vidéos tandis qu’ils s’élevaient à 94% après information soit une augmentation de 34 points. 

Un rapport complet a été rédigé afin d’analyser l’évolution des avis citoyens et une conférence de presse a été organisée pour présenter les résultats du sondage.

 

En savoir plus :

© - Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme