Journées citoyennes : un formidable message d’espoir adressé aux décideurs

27/05/2013 - Article
journée citoyenne de l énergie

 

Samedi 25 mai 2013, la journée citoyenne du débat national sur la transition énergétique a regroupé 1115 personnes réparties dans 14 régions. Pour la Fondation Nicolas Hulot, l’analyse des résultats de cette journée, publiés sur le site du Ministère de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie, montre clairement que la grande majorité des citoyens souhaite un engagement résolu dans la transition énergétique. Ces résultats doivent inciter les responsables politiques à décider et à agir en ce sens. Ils doivent aussi interroger ceux qui, parmi les acteurs socio-économiques, portent parfois une vision trop négative de la transition énergétique.

 

2 citoyens sur 3 considèrent la transition énergétique comme une chance et comme l’occasion de bâtir un nouveau modèle de société.

Moins de 5 % des participants y voient au contraire un retour en arrière (1,2 %) ou un risque (3,5 %). Tous ou presque sont prêts à agir, par exemple sur leurs déplacements (46 %), leur chauffage (31 %), l’isolation de leur habitation (33%) ou encore leurs habitudes de consommation (35 %). Seuls 13 % ne souhaitent pas, ou ne peuvent pas agir plus qu’aujourd’hui.

La réduction des consommations d’énergie est considérée comme une chance pour 60 % des participants, tant comme nouvelle activité économique (34 %) que parce qu’elle permettra de maîtriser les factures énergétiques des acteurs (24 %). A contrario, seuls 12 % l’appréhendent comme une contrainte (6,5 %), une remise en cause de leur mode de vie (3,5 %) ou un risque de ralentissement de la croissance et une perte de compétitivité.

 

Sur les mesures à mettre en œuvre et les décisions importantes à leurs yeux, les citoyens rejoignent les propositions portées par les ONG environnementales 

  •  46 % mettent en avant la réorientation des investissements vers les énergies renouvelables et les technologies plus économes, 
  • 50 % les efforts de recherche 
  • et 39,5 % la fiscalité écologique et incitative. 

La prolongation du modèle actuel n’est pas souhaitée. Ainsi, moins de 10 % des participants veulent une prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires.

A l'issue de cette journée d’échange, 74,5% des participants estiment que la transition énergétique aura un effet positif pour la société française, contre 4,3 % qui pensent à un effet négatif.

Pour la Fondation Nicolas Hulot, la mise en œuvre de ces méthodes novatrices de démocratie participative, comme le World Wide View utilisé ici, est fondamentale pour des débats aussi importants que la transition énergétique. En associant information, formation et dialogue, elles permettent de faire émerger des positionnements citoyens éclairés. 93 % des participants pensent d'ailleurs que la démarche devrait être dupliquée sur d’autres sujets.

 

© - Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme